En marche arrière

Quel jour est-il ? Quelle heure est-il ? Où sont les humains qui savaient ?

Où sont les sages et les poètes ? Où est le monde qui m’a vu naître ?

Aujourd’hui je ne vois plus le lien, perdu, je ne reconnais plus rien !

Ils ont changé, fiers de leur science désincarnée, en perte de sens !

C’était hier qu’on se battait pour une liberté plus concrète,

Une vérité immémoriale, comme la nature est ainsi faite !

Si tout est écrit, mis en thèse, un destin, une naissance, une braise,

N’y a-t-il rien qu’une ligne droite, sommes-nous prisonniers de nos actes ?

Qui peut prétendre avoir raison, être infaillible ? Sommes-nous si cons

Pour croire qu’il n’y a qu’une seule pensée, qu’une seule action, qu’une tradition ?

Des dieux on en a créé tant ! Mais leur a-t-on laissé le temps

De faire leur job correctement, avant de les soumettre à l’argent ?

 

En marche arrière

 

Mais où sont-ils ces Hommes qui avancent ?

L’heure est venue qu’ils sortent du silence !

Combien de temps faut-il à l’évolution

Pour que la vie soit plus subtile qu’une punition ?

 

L’histoire, que nous a-t-elle appris ? Et toutes ces belles phrases qu’on nous dit :

A commencer par « Plus jamais ! » Mais a-t-on gagné ce pari ?

Faut-il penser à dire « Merci ! » ? Ou alors « Bravo ! » ? Mais à qui ?

A voir notre monde aujourd’hui, on pourrait croire que tout s’oublie !

Qu’importe les morts, qu’importe leur nombre, qu’importe ces corps sous les décombres!

La mémoire collective unit, les archétypes sociaux aussi,

Mais le pouvoir corrompt ce nid : l’unique berceau où l’humain gît,

Où il se développe et grandit à l’abri des liens qu’il construit.

Et l’ego libère ses démons sur ce monde que la haine régit !

Le seul problème c’est qu’ces démons sont des gens comme elle, moi ou lui :

Les mêmes qui aiment, les mêmes qui donnent, qui rêvent de réussir leur vie !

Nous sommes tous de ceux qui s’révoltent, qui changent le monde, qui le détruisent !

 

En marche arrière

 

Mais où sont-ils ces Hommes qui avancent ?

L’heure est venue qu’ils sortent du silence !

Combien de temps faut-il à l’évolution

Pour que la vie soit plus subtile qu’une punition ?

 

L'humanité n'a plus besoin de s’appliquer à faire comme si ;

Libre de penser qu’rien n'est sensé, qu’rien n'est fondé, qu’rien n’est donné !

Quel jour est-il ? Quelle heure est-il ? Faut-il refuser ce qu’on sait ?

N’est-ce pas à nous, ici, maintenant, de reprendre le chemin du vrai ?

Tout délaisser, abandonner, laisser venir et accepter

La justice d’un monde sans jugement, la réalité du mouvement.

Les sens en éveil, le cœur allumé et la rage d’enfin tout changer…

Et tous les jours se réveiller sans oublier qu’il faut quitter

La marche arrière